Partager sa voiture : un mode de vie qui en a sous le capot

covoiturage

Hormis chez quelques Cro-Magnon du volant, la voiture n’est plus perçue comme un « territoire » à défendre en « roulant des mécaniques »

La voiture. Il y a les « pros » et les « antis ». Et la majorité des gens entre les deux. Leur avis penchant d’un côté à l’autre au gré de l’actualité. Vaste sujet en effet.

Sans faire de généralité, il semblerait que sa possession ne soit plus l’ultime but à atteindre. L’époque où celle-ci était le symbole quasi « phallique » de conducteurs énervés derrière leur volant semble en partie révolue.

Ère du partage

Les conductrices, quant à elles, n’ont que très rarement eu un rapport similaire avec leur auto. Car moins que l’affirmation d’une réussite professionnelle égocentrique, notre véhicule personnel semble désormais entrer dans l’ère du partage avec autrui. But : faire des économies et préserver l’environnement. Pour d’autres, c’est également l’occasion de rencontrer du monde.

Un mode de transport alternatif qui fait de plus en plus d’adeptes. Surtout en période de vacances. Preuve en est, la (re)découverte d’un site web. Son nom : mavoiturealouer.com. Un article du site ecommercemag précise : il « se pose en alternative aux services de location professionnels ».

Locations de véhicules entre particuliers

Comment ? Le site sert de trait d’union entre particuliers possesseurs de voitures et utilisateurs. Les premiers encaissent ¾ de la transaction. Pour les seconds l’avantage est également financier. « Jusqu’à 60 % d’économies et une assurance tout risque ».

Succès du covoiturage

Autre exemple de partage de véhicules. Celui initié par la plate-forme Covoiturage.fr. Et je ne dis pas cela parce que j’en suis un utilisateur ponctuel. Il y a d’autres sites dans le même genre. Selon une brève de terraeco.net, le site enregistre pour le week-end prochain près de 348 000 demandes. Un cas concret ? Sur « un trajet Lyon-Montpellier, un conducteur seul aurait payé 66 euros ». Via ce nouveau mode de déplacement, les frais sont partagés. Avec trois passagers payant 22 euros chacun l’affaire est intéressante pour tout le monde.

Dilemme entre écologie et économie

Le seul bémol, finalement, réside dans l’argument même de mavoiturealouer.com : « chaque voiture partagée diminue la nécessité d’en produire de nouvelles ». A l’heure de coupes drastiques dans les effectifs de l’industrie automobile, notamment en France, l’équilibre entre économie de marché et protection de l’environnement est toujours aussi délicat à trouver.

Damien Carboni.

Source :

« Mavoiturealouer.com met en relation les particuliers ». Article de Gaël Lombart publié le 01/08/2012 sur le site ecommermag.fr.

Laisser un commentaire

Entrez votre adresse email pour rester informé de l'actualité shopping et conso et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.